Santé et bien-être

On ne peut pas agir sur la pollution de l’air extérieur par contre le Big Power O3 agit sur la pollution de l’air intérieur !

Face à la pollution chimique de l’intérieur des maisons, en hausse depuis 50 ans, le Big Power O3 inverse la tendance : avec seulement 2 litres d’eau, le Big Power O3 permet un entretien écologique, naturel, sans sac, sans filtre, et purifie l’air. Fini les produits chimiques !

Vous en conviendrez, la poussière représente un véritable fléau dans les maisons : elle se trouve à 95% dans l’air ! Le Big Power O3 aspire la poussière en suspension dans l’air et la fixe dans l’eau. L’air est ainsi purifié.

La concentration des allergènes liée au confinement des maisons entraîne de nombreuses pathologies : allergie, asthme, problèmes respiratoires, toux, bronchite, sinusite, rhinite, ronflements, démangeaisons, eczéma …

Grâce au Big Power O3, les particules en suspension sont aspirées et piégées dans l’eau. Les tapis, moquettes et surtout les matelas sont nettoyés en profondeur (élimination des acariens morts et de leurs déjections).

Le Big Power O3 apporte un confort considérable et une amélioration du bien-être au quotidien.

Le plus : l’aromathérapie

Les plantes aromatiques et leurs essences sont utilisées depuis des millénaires pour leurs nombreuses vertus, pour soigner, assainir, aromatiser ou parfumer.

Le Big Power O3 permet une diffusion atmosphérique rapide et à froid des huiles essentielles préservant ainsi toutes leurs qualités.

Grâce au Big Power O3, diffusez dans l’atmosphère des huiles essentielles aux propriétés anti-infectieuses, stimulantes ou apaisantes pour votre santé et votre bien-être.

Tout cela grâce à l’eau, filtre naturel, écologique et économique !





« La santé, c’est quand on l’a perdue qu’on en connait la valeur. La prévention est donc un investissement indispensable car le « bien vieillir » commence jeune. »

Michel TACHET- Thérapeute en médecine non conventionnelle- Terme adopté par les institutions européennes (résolution du Parlement de 1997) et l’organisation mondiale de la santé (OMS).

En savoir plus
Michel Tachet